CLIMATERRA: Développement durable, Bilan Carbone, Conseil stratégique, Diagnostic, Mise en oeuvre SME, Changement climatique, Economies d'énergie, Efficacité energétique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

HABITAT ET ENERGIE

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, juillet 23 2010

BILAN PREVISIONNEL ACTUALISATION 2010: LA SECURITE ELECTRIQUE DE LA FRANCE DEVRAIT ETRE ASSUREE JUSQU'EN 2013

RTE vient de publier l’actualisation de l’analyse prévisionnelle de l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité. Dans ce bilan à horizon 2015, RTE confirme la conclusion de l’étude réalisée en 2009. La sécurité d’alimentation électrique de la France devrait être assurée jusqu’en 2013, grâce au développement programmé de nouveaux moyens de production. Cependant, la vigilance s’impose toujours sur les consommations de pointe lors des vagues de froid, qui continuent à augmenter rapidement.

Conformément aux missions confiées à RTE par la loi du 10 février 2000, le Bilan Prévisionnel a pour objectif de vérifier, dans la durée, l’équilibre entre les besoins de consommation en France métropolitaine et l’offre de production associée aux moyens de production nationaux ainsi qu’aux capacités d’importations, afin d’assurer la sécurité de l’alimentation électrique du pays. Ce bilan, élaboré tous les 2 ans, est actualisé l’année qui suit sa publication.

SMART GRIDL’actualisation 2010 tient compte de facteurs conjoncturels et structurels nouveaux, tels que les prévisions de sortie de crise économique, le développement des équipements thermiques (chauffage) et des autres usages spécifiques concourant aux pointes de consommation, le développement rapide du photovoltaïque, mais aussi les retours d’expérience de l’hiver dernier, marqué par des consommations exceptionnelles lors des vagues de froid.

Les résultats de cette actualisation confirment dans leur ensemble les conclusions du Bilan Prévisionnel 2009. La sécurité d’approvisionnement électrique de notre pays devrait être garantie jusqu’en 2013 au vu des projets décidés en cours de réalisation. L’horizon 2015 reste plus ouvert: la reprise de l’activité économique et de la consommation électrique, conjuguée aux déclassements de moyens de production thermique en Europe pourrait entamer les marges de production de nos voisins qui contribuent à faire face aux pointes de consommation françaises.

A l’horizon 2015, RTE prévoit une consommation en électricité de 506 TWh, en baisse de 10 TWh par rapport à la prévision de juillet 2009, conséquence du recul de la consommation française en 2009. A conditions météorologiques normales, la baisse de la consommation des industriels conduirait à une baisse de la puissance de pointe de 1 500 MW pour l’hiver 2012-2013 et de 1 000 MW en 2014-2015. En revanche, dans des conditions climatiques de températures froides correspondant statistiquement à une année sur 10, la pointe ne serait réduite que de 1 000 MW sur l’hiver 2012-2013 et de 600 MW en 2014-2015 du fait de la croissance des besoins de chauffage par pompe à chaleur ou convecteur.

En parallèle, l’offre prévisionnelle de production est toujours dynamique. Il est à noter que les perspectives de développement du photovoltaïque sont supérieures aux prévisions antérieures de 2009 (3 000 MW installés dès 2015 contre 1 400 MW). En revanche, le cycle d’investissement en moyens de production thermique semble marquer une pause, dans un contexte d’incertitudes sur la rentabilité des projets. D’ici 2015, la mise en service des cycles combinés gaz en construction et du réacteur EPR de Flamanville compensera l’arrêt prévu d’une partie des centrales à charbon et l’érosion probable du parc de cogénération. En France et en Europe, les normes environnementales européennes imposeront la fermeture d’un grand nombre des centrales thermiques les plus anciennes d'ici à 2015.

Sur le territoire français, RTE rappelle que la sécurité d’alimentation électrique de l’Est de la région PACA et de la région Bretagne passe dès maintenant par de nouveaux investissements, la situation de ces deux régions demeurant fragile. La sécurité d’approvisionnement de ces deux régions repose sur trois piliers : une maîtrise accrue de la demande d’électricité, notamment lors des pics de consommation, un développement de la production locale, et le renforcement concomitant du réseau de transport d’électricité.

COMMUNIQUE RTE DU 22 JUILLET 2010

CONSOR CONSULTANT

CLIMATERRA VALORISATION LOGO

Conférences, sensibilisation, formation sur les thèmes

du changement climatique,

des impacts environnementaux des diverses énergies

du Bilan Carbone®, du développement durable

Etudes, Accompagnement, Conseil

Philippe Dubaele

03 59 77 40 84

LOGO CLIMATERRA

CLIMATERRA

Bureau d’études prestataire Bilan Carbone® méthode ADEME

Conseil Stratégique développement durable

Diagnostic, Mise en œuvre SME

Accompagnement mesures de réduction émissions de CO2

21 Rue de Fécamp

75012 PARIS

http://www.climaterra.fr

06 33 72 87 45

jeudi, septembre 10 2009

UNE MAISON BASSE ENERGIE A GRANDES BAIES VITREES

UNE MAISON BASSE ENERGIE A GRANDES BAIES VITREES

Dans son nouveau modèle de maison, le constructeur « Huf Haus » vient de réussir le pari d'associer de grandes surfaces vitrées au récent standard de la réglementation thermique allemande, c'est-à-dire avec un besoin énergétique primaire annuel de 57,2 kWh par m2.

MAISON BASSE ENERGIE 1 « Huf Haus », spécialisé dans les maisons à ossature bois depuis 50 ans, s'est orienté à partir de 1972, vers un concept de maison poteau-poutre architecturale et très largement vitrée, développée avec l'architecte Manfred Adams.

Encore fallait-il que le concept réponde aujourd'hui à l'évolution de la réglementation thermique allemande, pour laquelle, depuis le 1er janvier, la basse énergie de type KfW-60 est devenu le nouveau standard.

Ce dernier exige que l'habitation ait des besoins énergétiques annuels de moins de 60 kWh par m2 et un coefficient de déperdition thermique, indépendamment du choix du mode de chauffage, inférieur de 30% au maximum fixé par la réglementation thermique allemande EnEV de 2007.

De plus, les maisons répondant à ces normes bénéficient de prêts subventionnés par la banque gouvernementale. Le concept haut de gamme Art 9 allie basse énergie et grandes baies vitrées. Pour y parvenir, la technique poteaux-poutres est utilisée.

Elle consiste à relier des poteaux espacés à des poutres pour réaliser le squelette de la maison. L'ossature porteuse en bois lamellé-collé reste visible et dégage un espace important pour installer de larges baies vitrées.

Pour cette maison où l'enveloppe est essentiellement vitrée, le niveau d'exigence requis impose le recours à des vitrages dont le coefficient U * est ramené à 0,60 W/m2K. A l'aide d'une isolation en laine minérale, les murs opaques atteignent quant à eux une valeur Up de 0,19, ramenée à 0,17 en en toiture. « Le constructeur Huf, au cours de son histoire, a livré environ 5 000 équipements techniques complets », explique son patron Georg Huf : « Elle bénéficie d'un retour d'expérience unique qui lui confère une véritable expertise dans ce domaine névralgique de la construction des maisons individuelles ».

Design primé

Pour Huf Haus, le vrai défi n'est pas uniquement de répondre à l'évolution des standards énergétiques, mais de le faire avec un concept design. La toiture se scinde ainsi en deux immenses panneaux solaires où se confondent les capteurs à fluide caloporteur et les cellules photovoltaïques. Qu'il s'agisse du chauffage (pompe à chaleur air-eau), du rafraîchissement ou de la ventilation, le concept même de transparence impose de longue date une maîtrise technique tendant à rendre les équipements invisibles. Ce confort visuel s'étend même aux interfaces de commande domotique.

Le constructeur avait donc de bonnes raisons de concourir, dans l'exigeante catégorie architecture, pour l'édition 2009 du « Red Dot », le prix du design décerné par la région de Rhénanie du Nord-Westphalie. Quand bien même les fabricants allemands de maisons décrochent régulièrement des prix décernés par des revues spécialisées dans l'habitat, ou par leur fédération de tutelle, l'initiative de Huf est assez novatrice. Visitable depuis l'automne dernier dans le village témoin de l'entreprise, le nouveau modèle de maison Huf a obtenu une « mention honorable ». MAISON BASSE ENERGIE 2

FOCUS

Un constructeur bien rodé Au sein de la grande famille allemande des fabricants de maisons ossature bois à haut degré de préfabrication en atelier, Huf Haus constitue un peu une classe à part : plus de 400 employés et un chiffre d'affaires de 84 millions d'euros (2007). Depuis 1973, c'est une filiale Huf, « Ideal Beton », qui livre le soubassement et les planchers en béton « préfa ».

L'export, qui représente 65% de son activité, a démarré en 1997 avec la construction d'une première maison en Grande-Bretagne. Puis, coup sur coup, l'enseigne a créé des ateliers de fabrication de meubles (StilART), un service de financement, une entreprise de revêtements de sol (BodenART), auxquels viennent s'adjoindre une entreprise de peinture (MalerART), une entreprise paysagiste (GartenART) et même une agence de voyage ! Par ailleurs, le système de ventilation proposé dans le cadre de la version ART 9 est également estampillé Huf Aircon.

  • Coefficient U : le coefficient de transmission thermique (aussi appelé coefficient d’isolation thermique). Il s’exprime en W/ (m2K) et détermine la déperdition de chaleur (exprimée en W) à travers une surface (exprimée en m2) en fonction de la différence de température (exprimée en K) de chaque côté de celle-ci. Le coefficient (anciennement k) s’est imposé comme étant la valeur la plus efficace pour préciser les capacités des matériaux isolants.

Source : Le Moniteur.fr

http://www.lemoniteur.fr/181-innovation-chantiers/article/solutions-techniques/606913-une-maison-allemande-fait-rimer-facades-vitrees-avec-basse-energie

LOGOCLIMATERRA

Bureau d’études agréé Bilan Carbone® méthode ADEME

Conseil Stratégique développement durable

Diagnostic, Mise en œuvre SME

Accompagnement mesures de réduction émissions de CO2

21 Rue de Fécamp

75012 PARIS

http://www.climaterra.fr

06 33 72 87 45

mardi, mai 26 2009

JOURNAL D’UNE CONSTRUCTION ECOLOGIQUE

JOURNAL D’UNE CONSTRUCTION ECOLOGIQUE

Cet ouvrage reprend toutes les étapes d’une construction écologique, à la manière d’un journal, depuis la conception de la chape isolante jusqu’à la couverture en passant par toutes les étapes « écologiques » de la construction. Les choix technologiques, les choix écologiques, les coûts, les astuces de réalisation, les coups de cœur, les pièges, Thierry Thouvenot vous dévoile tout.

JOURNAL D'UNE CONSTRUCTION ECOLOGIQUE Amis bâtisseurs écologiques, à lire absolument !!!

Les plus de cet ouvrage

  • plus de 300 photos
  • de nombreux croquis techniques et tableaux de synthèse
  • calcul de l’empreinte écologique de la construction et de son usage
  • coûts détaillés et budget complet (on peut parler de "vérité des coûts écologiques")
  • présentation de techniques spécifiques à la rénovation d’un bâti ancien (utilisation des murs en pierre existants)

Au sommaire

  • Retour aux sources
  • Une grange... et une architecture bioclimatique
  • Terrassement et fondations, partir sur de bonnes bases
  • Maçonnerie : des murs en pierre, chaux-chanvre ou terre-copeaux de bois
  • L’analyse de terre et le rejointoiement
  • Ossature, charpente et couverture : et bois, et bois, et bois
  • Chapes et sols : en contact avec la terre
  • Ouvertures et menuiseries, en toute transparence
  • L’isolation, été comme hiver
  • Les cloisons : partager les volumes et le silence
  • Du bon usage de la fée électricité
  • Revêtements de sol : parquets en bois massif et carrelages de terre cuite
  • Les escaliers, axes de la maison
  • Panachage de revêtements pour les murs
  • Bardage et terrasse : oléo thermie pour les bois extérieurs
  • Chauffage et chauffe-eau : soleil et bois à tous les étages
  • Vers un art de vivre écologique

L’auteur : Thierry Thouvenot, auteur et consultant en écologie, a travaillé au WWF sur les questions d’empreinte écologique et de modes de vie durables. Il a coécrit au Seuil les guides Planète Attitude et Planète Attitude Junior, et coordonné la publication de Planète Attitude Santé.

Il est également auteur de nombreux articles sur l’environnement (dans L’Écologiste, Canopée, Alliance, Terre du Ciel…). Ses centres d’intérêt et ses compétences concernent plus particulièrement l’étude des facteurs humains liés à la crise écologique, et la recherche d’alternatives visant à créer un nouvel « art de vivre écologique ».

Références : Journal d’une construction écologique de Thierry Thouvenot - Editeur : Minerva - Parution : 13/05/2009

LOGOCLIMATERRA

Bureau d’études agréé Bilan Carbone® méthode ADEME

Conseil Stratégique développement durable

Diagnostic, Mise en œuvre SME

Accompagnement mesures de réduction émissions de CO2

21 Rue de Fécamp

75012 PARIS

http://www.climaterra.fr

06 33 72 87 45

lundi, mai 18 2009

EXPOSITION A LA CITE DE L'ARCHITECTURE: HABITER ECOLOGIQUE. QUELLE ARCHITECTURE POUR UNE VILLE DURABLE ?

Habiter écologique. Quelle architecture pour une ville durable ?

Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement Durable et de l'Aménagement du Territoire

habitat énergie positive Christine Albanel, ministre de la Culture et Jean-Louis Borloo, ont inauguré mercredi 13 mai 2009 une exposition consacrée à l’architecture pour les villes durables qui se tiendra du 13 mai au 1er novembre 2009, à la Cité de l’Architecture.

L’objectif de cette exposition est de donner aux professionnels et aux usagers, en particulier aux jeunes, l’envie de participer ensemble à ce challenge qu’est le changement de notre mode de vie.

A travers un panorama des réalisations, ouvrages et projets qui ont marqué la pensée écologiste depuis un siècle, l’exposition propose de découvrir les multiples facettes de cette architecture qui mène à un habitat ancré dans un territoire, socialement équitable, écologiquement soutenable et économiquement viable.

Les visiteurs pourront découvrir des œuvres et des réalisations d’artistes du monde entier. De Wright à Murcutt, une vingtaine de projets, issus d’une même éthique mais transcrits dans des esthétiques variées, offre ensuite un panorama dans le temps et dans l’espace, qui va du low-tech au high-tech3.

Une partie de l’exposition rendra hommage à 10 artistes français.

Sensibilisation et formation sont destinées à tous

Le site du musée : http://www.citechaillot.fr/exposition/galeries_d_expositions_temporaires.php?id=85

A voir en annexe le dossier de presse de l’exposition (format PDF - 1.4 Mo)

LOGOCLIMATERRA

Bureau d’études agréé Bilan Carbone® méthode ADEME

Conseil Stratégique développement durable

Diagnostic, Mise en œuvre SME

Accompagnement mesures de réduction émissions de CO2

21 Rue de Fécamp

75012 PARIS

http://www.climaterra.fr

06 33 72 87 45

mardi, avril 28 2009

LE PUITS CANADIEN=ECONOMIES D'ENERGIE, SIMPLE ET EFFICACE

COMMENT ECONOMISER L'ENERGIE HIVER COMME ETE

LE PUITS CANADIEN ET LA VENTILATION MECANIQUE CONTROLEE: PRINCIPE

PRINCIPE PUITS CANADIEN L’air neuf extérieur circule, grâce à un ventilateur, dans des canalisations enterrées de 1,5 à 2 m de profondeur avant d’être insufflé dans le bâtiment.

En hiver, l’air se réchauffe au contact du sol pour atteindre une température hors-gel, les besoins de chauffage liés au renouvellement d’air des locaux sont alors limités et le maintien hors-gel du bâtiment peut être assuré. En été, l’air extérieur profite de la fraîcheur du sol pour se refroidir et arriver dans le bâtiment durant la journée à une température située entre 15 et 22°C.

Pendant l’inter saison, un by-pass vient court-circuiter le puits lorsque les températures de confort sont atteintes. La vitesse de l’air dans les tuyaux est de 1 à 2 m/s et ne dépassera jamais 3,5 m/s.

En hiver, on renouvellera l’air de la maison toutes les deux heures. Le volume de la maison varie en fonction de sa surface habitable et sa hauteur de 300 à 500 m3. En été, on veillera à avoir un débit plus important de l’ordre de 600 m3/h de manière à pouvoir « sur-ventiler » le logement.

Principaux éléments d'un puits canadien

1/ Une entrée d’air neuf : A implanter loin des sources de pollution (rues, parking, poubelles) et loin de toute végétation pouvant produire des pollens allergisants. Une bouche d’aspiration de l’air d'une hauteur supérieure à 1,10 m pour limiter l'encrassement, avec une grille fine et un filtre G3/G4 (10 microns) qui va protéger l’entrée d’air de la pénétration d’éventuels rongeurs ou insectes et un chapeau de protection qui permettra d'éviter les infiltrations d'eau de pluie à l'intérieur du puits.

2/ Des conduits enterrés récupérateurs :

Un ou plusieurs tuyaux de qualité « alimentaire » pour le passage de l’air avec une pente supérieure à 2 % pour permettre l’évacuation des condensats et ainsi éviter les risques de moisissure et d’humidité résiduelle. L’évacuation des condensats se fera par un siphon se trouvant dans la cave.

3/ Un regard de visite pour inspecter votre installation et y placer une pompe pour l’évacuation de l’eau lors du nettoyage.

4/ Un by-pass pour court-circuiter le puits canadien quand les températures extérieures sont comprises dans la plage des températures de confort 18-24° au printemps et en automne par exemple. Un système permet de prendre l’air directement à l’extérieur par le biais d’une prise d’air supplémentaire et d’un registre motorisé conçu pour choisir en permanence la température la plus favorable.

5/ Un ventilateur pour forcer et réguler le débit de l’air à distribuer dans la maison: un système de ventilation simple flux ou double flux en fonction de la qualité des besoins énergétiques de votre maison.

Nota: Il convient de se méfier du radon:

Le radon est un gaz radioactif que l'on trouve naturellement dans le sol; il résulte de la transformation d'éléments tels que l'Uranium 238, le radium 226 etc. etc.

Le radon est dangereux s'il est inhalé, il peut à plus ou moins long terme provoquer des cancers. Une carte de France à été établie afin de mettre en évidence les régions Françaises plus exposées, cela est lié à la nature du sol.

Le puits Canadien devra donc être parfaitement étanche dans sa partie enterrée; mais il ne faut pas oublier que le Radon peut s'infiltrer dans les vides sanitaires et dans l'habitation en profitant d'une dalle non étanche ou de fissures, d'où l'importance de la ventilation.

CARTE RADON

FACILE A REALISER, SIMPLE ET EFFICACE, TEL EST LE PUITS CANADIEN

Recommandez ce site à vos collègues et amis en leur adressant cet URL: http://climaterra.6mablog.com

http://www.climaterra.fr

A voir: suivre le lien EOLE

- page 1 de 2