QUAND PRENDRONS NOUS DE REELLES MESURES POUR REDUIRE NOS EMISSIONS DE CO2 ?

A de rares exceptions près, les experts climatiques s’accordent pour dire que l’activité humaine contribue à l’augmentation de l’effet de serre, notamment par le recours croissant aux énergies fossiles.

DESERT La concentration en CO2 dans l’atmosphère est passée de 280 ppm (parties par million) avant le début de l’ère industrielle à environ 370 ppm aujourd’hui, (en réalité les chiffres selon les sources varient de 370 à 460 ppm) et pourrait, en l’absence d’efforts de réduction, dépasser les 700 ppm en 2100, selon les scénarios du GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat).

Remarque : L’union Européenne a adopté un objectif de limitation des gaz à effet de serre à 550 ppm. Ce qui d’ores et déjà est considéré comme une aberration par un certain nombre d’observateurs, à ce niveau la probabilité d’assister à un réchauffement climatique de l’ordre de 2°c serait de 82%.

Cette augmentation de la concentration en CO2 s’accompagne d’une augmentation de la température et d’une élévation du niveau de la mer liée à la fonte des glaces. Depuis l’ère industrielle, on observe en moyenne une montée de la température de 0,8°C** et de la mer de 10 à 20 cm.

Si rien n’est fait pour réduire nos émissions, les experts prévoient pour 2100 une augmentation moyenne de la température de 2 à 6 °C et une élévation du niveau de la mer pouvant aller jusqu’à 90 cm.

En 1992, au sommet de RIO, une Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, (CCNUCC) a été signée avec pour principal objectif la stabilisation des émissions de gaz à effet de serre à un niveau susceptible d’empêcher des changements dangereux pour le climat. Très imprécis, on en convient, mais il s’agissait d’un premier pas.

Les accords de Kyoto en 1997, ont quant à eux, chiffré des engagements plus précis avec une réduction mondiale des émissions de 5,2% pour la BANQUISE A L'OURSpremière période d’engagement (de 2008 à 2012) des émissions observées en 1990. Notons que, pour entrer en vigueur, le protocole de Kyoto devait être ratifié par au moins 55 pays, responsables de 55% des émissions observées en 1990.

C’est ainsi que, suite à la ratification du traité par la Russie, le protocole n’est entré en vigueur qu’en 2005, soit 8 ans après le sommet de Kyoto.

Manifestement pour certains il est urgent de ne pas aller vite, et pourtant les spécialistes du climat réunis à l’occasion de la préparation de la conférence de Copenhague, et interrogés par le « Guardian » pensent que l’objectif de maintenir en dessous de 2°C le réchauffement climatique, que s’est fixé la communauté internationale, ne sera pas respecté.

Dans le même temps 60% d’entre eux estiment que les moyens techniques et économiques qui permettraient d’y parvenir sont à notre disposition. Ils sont 39% à juger cet objectif d’ores et déjà hors d’atteinte.

Personnellement je me demande quel type de signal d’alarme il faudra tirer pour amener nos décideurs à prendre les décisions radicales qui s’imposent pour respecter les engagements pris et cesser les tergiversations.

Philippe DUBAELE

CLIMATERRA

http://www.climaterra.fr

Faites connaître ce site en adressant cet URL à vos amis et collègues: http://climaterra.6mablog.com

LOGOCLIMATERRA

Bureau d’études agréé Bilan Carbone® méthode ADEME

Conseil Stratégique développement durable

Diagnostic, Mise en œuvre SME

Accompagnement mesures de réduction émissions de CO2

21 Rue de Fécamp

75012 PARIS

http://www.climaterra.fr

06 33 72 87 45